Passer au contenu principal

Si au premier abord le concept de « savon sans savon » peut aisément laisser perplexe, on finit tout de même par se douter qu’il s’agit là d’un produit qui fait son job, laver, le tout sans contenir de savon.
Très bien, mais dans ce cas de quoi est-il composé, à quoi peut-il bien servir, et à qui est-il destiné ? Et puis finalement, qu’est-ce exactement qu’un savon sans savon au juste ?

Ce qu'il y a dans votre savon

La recette de base du savon est la même depuis des lustres : vous prenez le corps gras de votre choix (huile d’olive, de palme, de noix de coco, d’argan, d’amande, etc.) puis vous y ajoutez une base minérale (de la soude si vous souhaitez obtenir un savon dur sous forme de pain, de la potasse pour un savon plus mou ou liquide). Remuez pendant quelques heures entre 80 et 100°C… Et vous obtenez, roulement de tambour et surprise générale : du savon !
À noter également qu’un savon peut passer par un processus de saponification à chaud lors de productions industrielles, ou à froid plutôt dans le cadre de production artisanale, rendant même la création de savons accessibles à chacun en mode DIY.
Cette mixture toute simple, à laquelle peuvent être ajoutés tout un tas d’autres ingrédients (parfums, colorants, conservateurs, huiles essentielles etc.), a la particularité de fixer les graisses à l’eau de rinçage et donc… de laver ! C’est d’ailleurs pour cela que l’on dit de lui que c’est un détergent. Il est aussi apprécié pour son effet moussant qu’on associe d’ailleurs à tort à l’efficacité nettoyante. En effet, un produit lavant qui ne produit pas de mousse n’est pas forcément moins efficace.
Le petit souci, c’est qu’en lavant plus blanc que blanc, le savon élimine dans ce bel élan nettoyant le film hydrolipidique, cette fameuse couche qui préserve l’hydratation de la peau et qui agit comme barrière contre les bactéries en tout genre. Celle-ci s’insurge alors en tiraillant, signe de sécheresse.
Autre inconvénient à noter pour les peaux sèches ou sensibles : en perturbant l’acidité naturelle de la peau (dont le pH tourne autour de 6), le savon (pH autour de 10) favorise les irritations cutanées et parfois même la desquamation.
Alors, on fait quoi quand on a la peau sèche et sensible, on ne se lave plus ? Que nenni ! C’est à ce moment-là qu’intervient le fameux savon sans savon !

Mais, c’est quoi un savon sans savon ?

Si le savon classique est un détergent, le savon sans savon est quant à lui un détergent synthétique (synthetic detergent ou syndet), c’est-à-dire qu’il est issu de dérivés extraits du pétrole. Ses agents lavants sont des tensio-actifs qui dispersent, eux aussi, les corps gras dans l’eau. Ils peuvent également avoir d’autres propriétés (antiseptiques, moussantes, antistatiques, coiffantes, anti-calcaires…), ce qui explique qu’on les utilise dans de très nombreux produits de soin pour le corps oule visage. Le savon sans savon produit une mousse généreuse, ce qui peut le rendre plus attrayant.

Le savon sans savon, l’allié des peaux fragiles

Moins desséchant et d’un pH légèrement acide plus proche de celui de la peau, le savon sans savon, également appelé savon ou pain dermatologique, est recommandé pour les peaux fragiles et réactives : les bébés, les personnes souffrant de sécheresse cutanée peuvent ainsi l’utiliser de façon quotidienne sans subir les désagréments que peut occasionner le savon traditionnel. Il peut également être utilisé en cas d’atopie, quand la peau est sujette à toutes sortes de réactions cutanées allergiques comme l’eczéma et la dermatite, entre autres. Pour les peaux sèches, il peut être utilisé en alternance avec un savon surgras ou une huile de douche par exemple.

Mais aussi le meilleur ami des peaux grasses !

Plus doux qu’un savon traditionnel, il convient également à la toilette du visage, notamment pour les peaux grasses ou à tendance acnéique. Ces dernières devront éviter à tout prix les savons surgras sous peine de voir débarquer toute une armée de boutons ! Car déjà riche en sébum, les peaux grasses risqueraient d’être étouffées par une couche protectrice supplémentaire. De même il est déconseillé aux peaux à tendance grasse d’utiliser un savon classique trop astringent. Le reflexe est souvent de vouloir utiliser des produits décapants histoire de bien purifier en profondeur, et là, c’est la vraie cata. C’est justement lorsqu’elle se sent agressée de la sorte, que la peau relance sa production de sébum et c’est le festival de gras assuré !

Savon sans savon versus savon surgras

Tous deux sont vivement recommandés pour le traitement des peaux sèches voire atopiques, mais le savon sans savon et le savon surgras sont pourtant bien différents. Tout d’abord dans leur composition. Le savon surgras est naturel comme le savon traditionnel et est fabriqué selon le même procédé, il est simplement enrichi en huiles ce qui le rend bien plus doux et plus hydratant. Ensuite, si le savon sans savon est aussi un allié des peaux grasses, c’est n’est pas du tout le cas du savon surgras. Le savon sans savon et le savon surgras peuvent cependant constituer un très bon duo pour les peaux sèches et fragiles !
En résumé, vous l’aurez compris, le savon sans savon lave bel et bien et s’impose en véritable allié des peaux sèches comme des peaux grasses et sujettes à l’acné. Un vrai champion !

SYMPA!Nos dernières news

Gel douche au pH neutre : késako ?

Savez-vous ce qu'est réellement un gel douche au pH neutre ?

Savon surgras  :
c'est quoi ?

Très populaire, le savon surgras fait beaucoup parler de lui !

Peaux sensibles

Les peaux sensibles sont parmi celles qui requièrent le plus d'attention !

Peaux atopiques

Votre peau alterne entre phase de sècheresse et phase de démangeaisons gênantes ?